J’habite un peu loin de Lyon, que dois-je faire ?…

Catégorie : notre vie quotidienne

…rester chez mes parents ou prendre un logement en ville ?

Oriane Reynaud

Ampère 2015-2017

Si l’on habite en ville, c’est-à-dire que le lycée est accessible à pied ou en transports en commun en moins de 30 minutes, la question ne se pose pas, il vaut mieux rester chez ses parents. C’est un gain de temps (pas d’obligations type : faire les courses, le ménage, à manger etc.). Mais c’est aussi un gain d’argent car il faut bien garder à l’esprit que prendre un logement en ville cela correspond à un budget d’au moins 700€ par mois (logement + alimentation…), somme qu’il vaut mieux garder pour la suite des études plutôt onéreuses.

 

 

 

La question du logement se pose donc pour les futurs étudiants habitants dans l’agglomération lyonnaise (Caluire, Saint-Genis-Laval, Chaponost, Ouest Lyonnais, Monts d’Or etc.). Dans ce cas-là, le temps de trajet peut varier de 30 minutes à plus d’1h en fonction des conditions de circulation. Il est particulièrement énervant de se savoir bloqué pendant plus d’une heure dans un bus bondé et odorant alors qu’on a un DS de maths le lendemain !

 

 

 

 

 

 

Si le budget de vos parents ne vous permet pas de prendre un logement en ville et/ou que vous ne vous sentez pas d’habiter seul (car la solitude est parfois pesante), il faut apprendre à maximiser son temps, car finalement c’est le problème majeur en prépa, trouver du temps. Je vous conseille donc :

 

 

  • de travailler au lycée le soir afin d’éviter les bouchons (fermeture de la salle prépa entre 19h et 19h30) 
 
 
 
 
  • d’optimiser vos temps de trajets en travaillant dans les transports. Par exemple, 30 minutes de trajets matin et soir pendant 2/3 jours permettent d’apprendre la liste vocabulaire hebdomadaire ou de lire la presse
 

 

 

 

 

Sinon, si vous avez le permis et un véhicule et que vos parents sont d’accord, l’option la plus productive (pas forcément la plus rentable) est, selon moi, de prendre un abonnement de parking en ville (170€ par mois).

 

De plus, même si rester chez soi permet de garder son « petit confort », il est important de noter qu’il est parfois difficile de travailler chez soi. Aussi bien à cause de l’agitation (frères, sœurs…) que des tentations (regarder un film ou prendre l’apéritif). Travailler alors que toute sa famille est réunie dans un moment de convivialité peut parfois donner la sensation d’être puni.

 

 

Malgré tout, rentrer chez soi le soir, voir ses parents, sa fratrie, son chien… fait énormément de bien. Le rythme de la prépa étant intensif, le simple fait de passer le repas en famille ou de raconter sa journée en rentrant permet de changer d’air et de débrayer un moment. 

 

 

 
Modifier le commentaire 

par INES CUSSET le 04 janv. 2017 à 15:49

haut de page