Les langues en CPGE

L‘enseignement de l’allemand

Par STEPHANE GAUTHIER, publié le mardi 16 janvier 2018 22:05 - Mis à jour le lundi 22 janvier 2018 19:16

Des objectifs ambitieux

L’enseignement de l’allemand dans les classes préparatoires économiques et commerciales vise à faire « acquérir [aux étudiants] les compétences linguistiques et les connaissances culturelles nécessaires à leur insertion professionnelle et à leur ouverture au monde. » (Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2013)

Il n’ y a pas de programme mais les concours – où l’allemand est évalué à l’écrit et à l’oral - donnent un cadre de référence. De façon générale, et bien que les épreuves varient d’un concours à l’autre, les candidats seront à l’issue des deux années confrontés aux exercices suivants :

 

Pour atteindre ces objectifs ambitieux et faire face aux exigences des concours, l’étudiant devra fournir un travail soutenu et régulier.

Une préparation ciblée

 

1 ) L’organisation du travail :

 

Trois heures de cours par semaine, un bloc de 2 h et une heure un autre jour de la semaine.

Le « grand cours » se déroule en langue allemande et permet l’entraînement à l’expression et à la compréhension ainsi que l’acquisition de connaissances civilisationnelles. L’enseignement s’inscrit donc dans la continuité du travail effectué en second cycle, avec toutefois des exigences plus élevées.

En première année, ce cours est axé sur les connaissances fondamentales tandis qu’en seconde année, il s’agit davantage de suivre l’actualité.

Exemples de thèmes traités dans ce cadre en 2017 /18 :   Les élections au Bundestag et la formation du gouvernement / L'Afd / la politique étrangère de l’Allemagne / L'industrie automobile face aux nouveaux enjeux / l’Allemagne face au passé / Le terrorisme en Allemagne /  la politique d'intégration en Allemagne et en Suisse /  Le monde du travail / la Bundeswehr et les interventions militaires à l'étranger /  …

 

Le cours d’une heure est consacré à des exercices spécifiques : consolidation des connaissances grammaticales (premier semestre) et entraînement à la traduction.

 

Aux heures de cours, s’ajoutent les colles, heures d’interrogation orale dont le nombre est fixé par le ministère (environ une colle par mois dans chaque langue). Le face à face de 20 minutes avec un professeur – qui peut être francophone ou germanophone, professeur dans l’établissement ou dans un autre lycée -  permet un entraînement personnalisé et est en outre l’occasion de faire le point sur la situation de l’étudiant.

 

2) Les atouts du  lycée Ampère :

 

  • Un enseignement en groupes de taille raisonnable
  • Un enseignement qui tient compte de la diversité des épreuves préparées et permet aux étudiants qui optent pour l'Allemand Lv I d'aborder les épreuves dans de bonnes conditions. Remarque importante : certains élèves, en particulier ceux qui ont suivi un cursus bilangue, cad qui ont commencé l'étude de deux langues en 6ème, ont souvent intérêt à suivre All Lv I / Ang Lv II en classe préparatoire. Consultez-nous !
  • Une approche progressive des difficultés des concours.
  • Une préparation ciblée puisque le professeur est lui-même impliqué dans l’élaboration et la correction des épreuves de concours
  • Un enseignement qui s’appuie sur des supports variés grâce à l’équipement des salles : utilisation d’articles de presse, mais aussi de vidéos et d’enregistrements sonores.
  • Une ambiance de travail sérieuse mais conviviale où chacun peut s’exprimer.
  • Des colles régulières qui donnent lieu à un suivi personnalisé grâce à la concertation permanente entre des colleuses expérimentées et le professeur responsable.

Des résultats

 

Ils dépendent bien sûr en premier lieu de l’investissement des candidats. Toutefois, force est de constater que les germanistes réussissent plutôt bien. Ils « gagnent » fréquemment des points en allemand aux concours (où les langues représentent environ un quart du total des coefficients) et poursuivent cet enseignement en école de commerce, augmentant ainsi encore leurs chances sur le marché du travail. Une ancienne préparationnaire témoigne dans les Echos du 26 septembre 2017 : « L'allemand a été un vrai tremplin, en me permettant d'accéder à deux très bonnes écoles en France et en Allemagne, estime la jeune femme de 23 ans, qui a suivi le double diplôme franco-allemand du programme CESEM, à NEOMA (Reims) et à l'ESB (Reutlingen). Je sais que c'est un plus pour les recruteurs. » Propos confirmés par le Président de la République :   « L'apprentissage de l'allemand est une priorité absolue. » ( Emmanuel Macron le 10 octobre 2017 à la Foire internationale du Livre )

Pièces jointes
Aucune pièce jointe