16 articles dans la catégorie La mondialisation économique et financière

la fin de l'OMC ?

Par INES CUSSETPublié le 11 mars 2017 à 16:24 ♦ Mis à jour le 11 mars 2017 à 16:25

Le compte-rendu a été rédigé par Auranne Ars

France Culture — L'économie en question — Dominique Rousset — 4 février 2017

les mot-clés : mondialisation, traités multilatéraux, Trump, altermondialisme, OMC, Chine


Intervenants :
Sébastien Jean : économiste spécialiste du commerce international, directeur du Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales (CEPII)
Laurence Daziano : économiste, maître de conférences à Sciences Po et membre du conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol)
Aurélie Trouvé : ingénieur agronome, économiste, co-présidente du Conseil scientifique d’Attac

Plan
I/Ralentissement économique mondial
II/ Traité multilatéraux et fin de l'OMC ?
III/ Quel avenir pour la mondialisation ? 


    Il s'agit de démêler les nœuds complexes des relations commerciales internationales, d’y voir clair dans la confusion actuelle, due à une situation économique dégradée mais aussi aux péripéties rencontrées par de nombreux accords conclus ou prévus entre les pays, de part et d’autre de la planète. Le directeur général de l'OMC Roberto Azevedo, avait fait part en septembre 2016, de sa préoccupation pour le commerce mondial, parlant « d' un ralentissement impressionnant », lié à l'hostilité croissante à l'égard de la mondialisation. Et d’ajouter : « Nous devons faire en sorte que cela ne se traduise pas par des politiques inconsidérées qui risqueraient d'aggraver encore plus la situation ! ». Le processus de ralentissement était déjà engagé : les échanges mondiaux ont nettement ralenti en 2015 puis 2016, atteignant un niveau inférieur à celui de la croissance, 1,7% et le plus faible depuis la crise financière de 2008. Les décisions déjà prises et les menaces proférées par l’administration américaine suscitent bien des réactions, parfois paradoxales, et beaucoup d’inquiétude. Le Brexit est un autre point de fixation préoccupant. Car les équilibres dans les relations commerciales internationales, en dépit des règles patiemment construites, sont particulièrement fragiles.
    Après 2008 il y a eu un ralentissement notable de l'économie y compris pour les émergents (Chine, Brésil..). L'OMC et l'OCDE s'en sont inquiétées. Mais quels sont les causes de ce ralentissement ? Pour Sébastien Jean, il y a notamment le rééquilibrage de la Chine d'une part, après avoir  connu son pic de taux  d'ouverture (en pourcentage des exportations / PIB)  en 2007, a perdu près de 10points de pourcentage de taux d'ouverture. D'autre part, le second point, plus récent est la fin d'un fractionnement des chaînes de valeur (= une division internationale du travail de plus en plus poussée), ce mouvement s'est arrêté, il y a même eu un léger reflux, tous les indicateurs l'indiquent, on ne peut cependant pas parler de démondialisation. Pour Laurence Daziono, les entreprises multinationale au principe de ce fractionnement ont tiré le meilleur de la mondialisation mais doivent aujourd’hui chercher de nouvelles sources de productivité ( les salaires augmentent considérablement en Chine, l'optimisation fiscale et les chaînes approvisionnement deviennent trop complexes). Le rythme de croissance des exportations (commerce mais aussi investissement) des pays émergents a diminué de plus de moitié entre 2015 et 2016, en raison de plusieurs crises. La première est la fin du pic des matières premières, alors même que la majorité des émergents ont construits leur économie sur la rente des matières premières, par exemple, le baril de pétrole a perdu la moitié de sa valeur en un an, ce qui touche particulièrement le Venezuela, la Russie, l'Angola, le Nigeria... D'après Aurélie Trouvé (qui prône une altermondialisation fondée sur la coopération et non pas sur la libéralisation et la mise en concurrence des marchés), il y a une hostilité croissante face à certaines formes de mondialisation. Attac (organisation altermondialiste) est attachée au multilatéralisme, ie à une régulation commerciale, se basant sur les volumes d'exportation, et aujourd’hui les droits sociaux et la protection de l'environnement. Face à des phénomènes de plus en plus prégnants comme l'accaparement des terres par les investissements étrangers il faudrait une régulation forte à l'échelle mondiale, afin d'éviter l'hégémonie de firmes multinationales sur des structures paysannes et familiales.

    La question des traités multilatéraux est centrale. Dès le 23 janvier , D. Trump en a annulé certains, serait-ce là les prémices de la mort de l'OMC ? Pour Sébastien Jean, D. Trump  n'est pas contre la mondialisation mais contre la forme de mondialisation actuelle basée sur des règles et des accords réciproques, auxquels il souhaite substituer des deals, qui trouvent leurs origines dans des rapports de force. Le commerce étant un jeu à somme nulle, il préfère les traités bilatéraux permettant d'optimiser ses propres avantages à l'échange par la confrontation. Comme le disait Churchill à propos de la démocratie «  c'est le pire régime, à l’exception de tous les autres. » C'est un peu la situation de l'OMC selon S. Jean, certes bourrée de défauts mais sans organisation efficace pour la remplacer, elle est souhaitable. Aurélie Trouvé considère que dans l'histoire il y a déjà eu mise en place de politiques commerciales qui impliquaient plus de coopération, ne serait-ce que le projet de Keynes (à BW), ou la charte de la Havane. Il y avait aussi des accords avec les pays du Sud (ex : Accord de partenariat économique entre l'UE et les ACP [Afrique, Caraïbes, Pacifique]), fondés sur une asymétrie commerciale afin de faciliter leur développement. Or, depuis 30 ans, le monde est plongé dans le néolibéralisme. S. Jean conteste et considère que les accords ACP ne correspondent en rien à des accords permettant l'organisation multilatérale du commerce mondial, il s'agirait d'accord post-décolonisation, les enjeux étaient politiques. Or, aujourd'hui chacun veut tirer parti de ce commerce mondial. Les USA qui après la Guerre ont imposés leur système, et le gère depuis,  cèdent récemment au désengagement envers leur propre système à cause du développement du multilatéralisme de ces dernières années. Pour L. Daziano, D. Trump, qui refuse le  partenariat Transatlantique et Transpacifique se risque à un éloignement de partenaires économiques, en raison d'une non-réciprocité des avantages au sein des accords commerciaux. Les grands enjeux aujourd'hui des traités bilatéraux ou régionaux ce ne sont plus les barrières tarifaires, sous la barre des 5%, mais les normes sanitaires, sociales, environnementales. Or si il n'y a pas d'accord sur ces normes, qui découlent d'une volonté de l'opinion publique, chaque norme sera fixée à l'échelle du pays. Cela pose notamment problème dans le cadre du retrait des Etats-Unis du traité Transpacifique qui laissent alors une place considérable à la Chine qui va mettre en place ses propres normes qui ne correspondront pas avec les opinions publiques occidentales. Les USA proposent même des droits de douanes punitifs aux importations en provenance de Chine à hauteur de 45% ou du Mexique à hauteur de 35%.

    Pour S. Jean, dans l'affaire, la Chine n'en n’a pas tant à y gagner, en effet tout le monde risque d'être perdant : la place perdue des USA ne sera pas nécessairement conquise par la Chine, qui aspire tout de même à asseoir son autorité géopolitique, en prenant le leadership asiatique. Xi Jinping, au forum de Davos a dénoncé le protectionnisme, alors même que la Chine est une économie très fermée (investissements étrangers difficiles) : elle comprend les opportunités qui lui sont offertes. Le principe de l'accord Transpacifique, censé concentrer 40% du PIB mondial et les 2/3 des échanges mondiaux,  signé par Obama était d'éviter une régionalisation asiatique entièrement structurée par la Chine. Huit ans de négociation ont donc été annihilés par D. Trump. Pour Aurélie Trouvé, qui s'opposait avec ATTAC contre le TAFTA et le CETA, la perspective était plus progressiste que protectionniste et anti-migratoire. Le Brexit est l'épicentre de l’absence d'espoir et d'égalisation sociale de la mondialisation. Le développement du bilatéralisme serait une mauvaise chose car il s'agit d'une poursuite de la libéralisation des marchés et une prise de pouvoir croissante des firmes. Laurence Daziano considère que la mondialisation a mauvaise presse, or, elle a permis à 1 milliard de personnes de sortir de la pauvreté dans le monde. Le problème de la mondialisation a été le manque de pédagogie,  on en a pas souligné les bienfaits, et ce faisait on a oublié de protéger les perdants (l’homme blanc du sud-ouest des États-Unis qui a voté Trump, les Anglais qui ont vu les bassins industriels péricliter). Il va falloir protéger les perdants grâce à des politiques de formations accompagnant la création de nouveaux emplois, à noter que la diminution du nombre d'emploi est plus lié à la robotisation qu'à la mondialisation. Pour S. Jean, la mondialisation a bon dos, dans le cadre des accords du CETA, Canada et Union Européenne ont des pratiques de régulations communes. Les USA ont eu des politiques désastreuses dans la gestion et l'accompagnement des évolutions technologiques et de la mondialisation. La polarisation du marché du travail et la stagnation des salaires aurait pu inciter les USA à mettre en œuvre des politiques redistributives. En libéralisant les économies on multiplie les interactions entre les politiques de régulation d'un pays à l'autre, cela augmente les effets de fuite, il y a un risque de perte de compétitivité. Il faudrait favoriser les closes non commerciales dans les accords commerciaux avec des objectifs sociaux, environnementaux voir fiscaux. La situation est paradoxale car aux USA le commerce extérieur est une prérogative du Congrès, or le président peut se prévaloir des politiques étrangères. Par ailleurs il y a beaucoup de contres pouvoirs mais ils sont lents. Le pouvoir de détruire est supérieur au pouvoir de construire. Aurélie Trouvé reprend en affirmant que le grand manque du CETA est justement cette absence de closes non commerciales, et que le constat sur les inégalités sociales ci-dessus est contestable car les inégalités sociales sont depuis 30 ans stables voir en hausse (USA). Ce n'est pas nécessairement la mondialisation qui a gommé les inégalités. L'ALENA aurait généré des milliers de suppression d'emplois.

https://www.franceculture.fr/emissions/leconomie-en-questions/traites-echanges-mondiaux-le-grand-remue-menage

des dividendes records sur les sociétés du CAC 40 - au-delà des clichés

Par INES CUSSETPublié le 11 mars 2017 à 14:28

La chronique a été rédigée par Florentin Gusmini

France Culture — Le billet économique — Marie Viennot — 22 Février 2017

les mots clés : Dividendes, actionnaires, entreprises, fiscalité, études

le plan:

  • Relativiser l’étude de la société de gestion britannique
  1. Cette étude donne un INDEX, ce n’est donc pas la transcription de la réalité
  2. Tout est une question de taille de l’échantillon
  3. Cependant les grandes entreprises françaises sont malgré tout assez généreuses avec leurs actionnaires
  • Une augmentation encore une fois a replacé dans son contexte
  1. Un retour au niveau de 2014
  2. Loin du record de 2011…quand le CICE n’existait encore pas
  3. La relation dividendes-bénéfices
  4. (Nouvelles possibilités pour acheter ses actions)

snow washing

Par INES CUSSETPublié le 05 mars 2017 à 15:20

La chronique a été synthétisée par Clémence Coudert

France Culture — le billet économique — Marie Viennot — 15/02/2017

mots clefs : snow washing, Panama Papers, CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement), évasion fiscale, valeurs partagées

le plan :

I- A l’origine des Canada Papers, les Panama Papers
II- Avantage canadien : la bonne réputation
III- Pouvons-nous signer une accord dans ces conditions ?

Les Panama Papers ont révélé que le Canada était aujourd’hui le nouveau paradis fiscal "à la mode".

Le blanchiment d’argent est surnommé snow washing au Canada. Alors l’UE et le Canada partagent-ils réellement les mêmes valeurs, comme l’affirment les partisans de la CETA ?

I- A l’origine des Canada Papers, les Panama Papers

En 2010, Mossack Fonseca (cabinet d’avocat Panaméen aujourd’hui connu pour son rôle dans l’évasion fiscale) estimait que certains États canadiens permettaient une opacité totale quant aux propriétaires réels des entreprises. Les journalistes qui conduit l’enquête ont découvert des immeubles qui abritaient 200 000 entreprises — pour la forme seulement, bien sûr. Ils ont aussi trouvé une canadienne qui était directrice-prête nom de 200 entreprises simultanément.

II- Avantage canadien : la bonne réputation

Même en Suisse, des conseillers vantent les mérites du Canada comme nouveau havre d’opacité financière. L’avantage du Canada est qu’il ne figure pas encore sur les listes des paradis fiscaux

III- Pouvons-nous signer un accord dans ces conditions ?

La réponse est oui. D’abord, les journalistes n’ont fait que confirmer ce que le Gafi (organe de lutte contre le blanchiment d’argent) avait décrit dans un rapport de septembre.

Ensuite, selon la commission européenne et le secrétariat d’état au commerce français, des garanties ont été prises pour éviter que des investisseurs utilisent des sociétés écrans pour bénéficier de l’accord.

Enfin, les accords commerciaux ne tiennent jamais compte des différences de fiscalité et des questions d’opacité.

→ C’est un défaut majeur dénoncé dans la déclaration de Namur par les Belges Wallons qui se sont opposés à l’accord en novembre et par une quarantaine d’universitaires européens et nord américains (dont Thomas Piketty, Philippe Aghion et Jean-Paul Fitoussi).

La déclaration préconise d’inverser la logique des accords commerciaux et d’exiger au préalable une convergence fiscale et environnementale.

Corpus documentaire :
- CETA (accord avec le Canada) et TAFTA (accord avec les États-Unis) douvent être un moyen pout l’Europe d’asseoir sa place dans la mondialisation car dans ce contexte de post-Brexit, l’UE n’existe que dans le domaine de la politique commerciale : « There is no alternative » (TINA).
- La CETA nuira-t-il au climat ?
→ les méfiants : organisations et opposition (après accord, impossibilité de s’opposer à l’importation dans l’UE de sables bitumineux, et il est possible que l’UE n’utilise pas tous ses droits afin de ne pas être attaqué par des entreprises pour lois anticoncurrentielles)
→ les confiants : les hommes politiques qui veulent signer l’accord (les partis du traité ont le droit de réguler sur leur territoire pour atteindre des objectifs tels que la protection de la santé et de l’environnement)

le lien vers l'émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/ceta-snow-washing-et-panama-papers

libre-échange : des européens naïfs ?

Par INES CUSSETPublié le 08 janv. 2017 à 19:45 ♦ Mis à jour le 08 janv. 2017 à 19:48

Ce compte-rendu a été rédigé par Florentin Gusmini

 

mots clés : dumping, UE, politique concurrence, libre échange

France Culture — Le billet économique — Marie Viennot

14 décembre 2016

Introduction :

Accords des ministres de la zone euro sur de nouvelles règles antidumping allant dans le sens d’un plus grand protectionnisme.

  • Remise en cause de la « règle du droit moindre »
  1. Définition
  2. Dumping
  3. Problème notamment avec l’acier chinois
  • Possibilité d’action contre ces pratiques
  1. L’UE est critiquée pour ne pas être assez ferme dans sa lutte contre le dumping
  2. Pourtant elle applique les recommandation de l’OMC
  • Changement en perspective avec cet accord
  1. Possible d’appliquer du droit de douane=> prise de temps
  2. Accord permet une réduction des délais
  3. Besoin encore de validation malgré certaines résistances de la part d’états

Conclusion :

Pas de réciprocité dans les échanges commerciaux mais un début de protectionnisme.

Que penser du retour du protectionnisme ?

Par INES CUSSETPublié le 23 nov. 2016 à 17:28 ♦ Mis à jour le 23 nov. 2016 à 17:34

 

Un grand classique pour réfléchir sur les tentations protectionnistes, aussi anciennes de que le capitalisme lui-même :

 

Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l'histoire économique

 

Page 1 / 4 Page suivante > Dernière page >>

haut de page