Sciences humaines

endurcir les corps pour former les tempérament - le rugby

Par INES CUSSET, publié le lundi 21 août 2017 10:28 - Mis à jour le dimanche 17 septembre 2017 10:26
b_1_q_0_p_0.jpg.gif
On connaît la thèse de Jean Lacouture sur le rugby : il a fait monter les mineurs à la lumière et il forme la jeunesse d'une élite amollie dans la boue. Le rugby correspond-il bien à cette audacieuse dialectique ?

Voici le lien qui vous conduira au site de France Culture (émission "la Fabrique de l'histoire")

Commencez par écouter Jean Lacouture [2'30 - 4'00] avant d'entendre les critiques qui sont adressées à ce que certains considèrent comme une belle légende ou à tout le moins un raccourci lyrique.

Il y a bien aux sources (1820) de ce jeu le projet éducatif de faire vivre aux jeunes gens de l'aristocratie une expérience rude de solidarité et de masculinité  [4'30 -7'20]
L'affrontement corporel serait l'occasion de développer son corps pour toujours pouvoir se maîtriser. Garder la tête haute dans le combat. Il serait l'occasion aussi de déployer l'autorité des leaders. Vous ne manquerez pas, à ce sujet, le très bel éloge que Pierre de Coubertin adresse à ces sports collectifs de balle : 11'55 -12'20. C'est dans le contexte de l'amollissement supposé de l'aristocratie britannique ou dans le contexte de l'humiliation de la France face à la Prusse que le rugby apparaît comme une occasion de rééducation. Ce sera le cas, de façon plus marquée encore, dans l'Italie fasciste [25'35 - 31']

Vous découvrirez grâce à la thèse de Joris Vincent comment se structurent progressivement les règles d'un jeu : elles sont les principes de ce qu'on appelle encore aujourd'hui dans les lycées et les collèges l'Education Physique et Sportive, où la découverte de soi passe par la découverte de la règle qu'on impose à son corps et par la connaissance de la rigueur du geste sportif. [8'40 - 10'30] 
C'est là que vous saisirez que dans les pratiques sportives se loge aussi la distinction (au sens de Bourdieu) dans l'interprétation du jeu de rugby : si le mineur, le "populo" plaque aux jambes, l'aristocrate se doit de plaquer — comme dans le rugby contemporain — au torse. Vous ne manquerez pas l'analyse qui met en lumière le caractère malthusien des fédérations de rugby : conserver au rugby son statut de sport élitaire et "chevaleresque". [22’50 - 25'05]. Dans les années 60 du vingtième siècle un contrôle social rigoureux s'exerçait encore, apparemment sur le terrain ! [46'25 - 49'10] Elle ira se relâchant à partir des années 1970.

Ce sera le cas, comme celui de beaucoup de pratiques sportives jusqu'à l'entre-deux-guerres. En France le front populaire va favoriser l'éducation sportive populaire. Le sport est l'occasion de vivre ensemble selon des règles et donc de ressouder le corps social et même politique ; mais ce changement profond s'accompagne aussi d'un changement du rapport au sport : il va devenir progressivement un spectacle. [33'10 - 35'25]

Mais surtout vous comprendrez comment le sport collectif fabrique un groupe humain soudé en corps. S'il ne s'agit pas d'un corps politique, bien sûr, il s'agit cependant de se coordonner et même d'obéir pour "faire corps" et obtenir une performance. [12'55 - 15'25]

Joris Vincent nous fait faire aussi un crochet par les rites de socialisation auxquels correspondent depuis toujours les jeux collectifs de balle : occasion pour les jeunes gens de faire la démonstration publique de leur virilité et de se ranger, par là, dans le camp des hommes mariés, occasion aussi de régler quelques comptes privés ou communautaires. [présentation de la "soule" 16' - 18'10].

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • Courants de pensée contemporains