« Rien n’est si dissemblable à moi que moi-même »

Catégorie : question du sujet depuis la Renaissance

En 1749, dans Le portrait du persifleur, Rousseau se plaît à paraphraser Montaigne : « Rien n’est si dissemblable à moi que moi-même ».
Hume aussi évoque cette impossibilité de saisir une personnalité dans son unité et sa simplicité.
Ici, il s'agit de montrer que l'entreprise littéraire des Confessions bute, elle aussi, sur cette difficulté


Œuvres Complètes, tome I, p. 1108.

Modifier le commentaire 

par INES CUSSET le 21 déc. 2016 à 09:56

haut de page