Spécificités voie ECE

l'économie sociale et solidaire : donner du sens

Par INES CUSSET, publié le lundi 29 janvier 2018 10:46 - Mis à jour le lundi 29 janvier 2018 10:46

Les Carnets de l’économie (9 – 12 mai) - Dominique Rousset

Clara Guillerm a réalisé la synthèse

l’invité : Hugues Vidor, président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire qui regroupe 70 000 entreprises soit un million de salariés environ.

L’économie sociale est une réalité déjà ancienne puisqu’elle remonte au moins au 19e siècle; l’expression d’ “économie solidaire” est plus récente. Aux 19e et 20e siècles se sont développées des organisations mutualistes, coopératives, associatives. Ces trois formes sont apparues pour trouver des réponses collectives et solidaires aux besoins de leurs membres.


En 1830 on fonde la première banque sans banquier pour échapper aux circuits spéculatifs et financer des projets à vocation sociale. La première épicerie coopérative est ouverte par les Canuts à Lyon en 1835; elle est gérée par ses clients et permet aux ouvriers d’accéder à des produits à prix coutant. Contre les logiques de pur profit des citoyens ont  organisé des caisses de solidarité, des manières différentes d’accéder aux soins ou encore à la culture: les auberges de jeunesses sont fondées en 1836; on invente les aides à domicile en 1827. Tout cela évoque aussi l’aide à la personne telle qu’on la connaît aujourd’hui. Depuis les années 1970 c’est la lutte contre l’exclusion qui est devenue la priorité.

Dans une économie mondialisée, financiarisée, l’économie sociale répond à la quête de sens. Les jeunes diplômés notamment désirent se réaliser, se rendre utile et construire l’avenir. 

Catégories
  • motivation et personnalité