Spécificités voie ECE

la Bourse : une violente correction

Par INES CUSSET, publié le mercredi 7 février 2018 16:14 - Mis à jour le mercredi 7 février 2018 16:15
Capture d?écran 2018-02-07 à 16.08.58.png
Etienne Goetz (Les Echos) décrit le dévissage des marchés du lundi 5 février.

Des milliers de milliards de dollars partis en fumée, des records historiques de baisse, l'indice de la peur qui s'envole… Voici les chiffres fous qui ont marqué le décrochage de Wall Street.

1.000 milliards de valeur financière effacée

En pourcentage, cela n'a l'air de rien, mais converti en capitalisation boursière, la chute de Wall Street prend une autre allure. « Appelez cela Lundi Noir Acte II, appelez cela le Dow qui se comporte comme le bitcoin.
Les faits sont que le S & P 500 a perdu plus de 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière en un mois », commente Naeem Aslam, chez Think Markets.

Selon les données de Bloomberg, l'indice était valorisé à 25.000 milliards de dollars à fin janvier. Mardi, Wall Street rebondit  : les principaux indices américains sont en hausse.

Le plus grand nombre de points perdus

C'est la plus forte baisse en points du Dow Jones de toute son histoire. Les plus fortes baisses remontent à la crise financière.
Le 29 septembre 2008, il avait lâché 777,68 points.
Le 15 octobre 2008, au lendemain de la faillite de Lehman Brothers, il avait cédé 733,08 points.

Il faut dire que depuis le point bas de mars 2009, le Dow Jones est passé de 7.600 points à un record des 26.619 points. C'est donc la première fois que le Dow chute de plus de 1.000 points en une séance.

Plus de 400 jours sans correction

Du jamais vu depuis les années 1950. Le S & P 500 a passé 404 séances sans connaître une correction supérieure à 5 %. Les marchés américains ont parié sur une hausse des revenus des entreprises grâce à la réforme fiscale de Trump et à la dérégulation des banques. Depuis l'élection de l'homme d'affaires, le S & P 500 avait pris plus de 30 %.

L'indice de la peur explose
L'indice de la volatilité, le Vix, qu'on surnomme aussi « l'indice de la peur », n'a jamais autant bondi d'un seul coup. Lundi, il a pris +116 %, à 37,32. C'est sa plus forte hausse en séance, même s'il n'est pas au plus haut de son histoire. De fait, l'indice de la volatilité du Vix est lui à son plus haut niveau jamais observé. Mardi, le Vix continuait de monter jusqu'à franchir la barre des 50. Des fonds indiciels qui parient sur la baisse de la volatilité sont en pleine débâcle et  ont pris au piège des spéculateurs.

d'après
Etienne Goetz — Les Echos — 6 février 2018
 

Catégories
  • débats